Bienvenue à BB
10 jours sont à votre disposition pour compléter votre répartition
Classe aisée clôturée pour les inventés
Merci de privilégier les autres strates sociales ou de vous orienter
vers la noblesse, les familles connues ou les scénarios des membres
Temporalité
Nous sommes en avril 1971, c'est Pâques sur DJ

Partagez | 
 

 (F) Dianna Agron - Cousine, rivalités

- Contre nous de la tyrannie, la baguette sanglante est levée -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin¦ Présidente du Club de Théâtre
B. Perle de Béziade
Admin¦ Présidente du Club de Théâtre
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://fo-baguettecamembert.forumgratuit.ch/t391-poster-les-resu
Identité magique
Messages : 483
Date d'inscription : 15/04/2015
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: (F) Dianna Agron - Cousine, rivalités   Mer 30 Sep - 3:49


Céleste Opale de Béziade
feat. Emma Roberts ou Carlson Young

Nom: Clinquante se couvre la noblesse lorsqu'elle se forge parure au cou céruse de la de Béziade  Prénom de naissance: Séraphiques syllabes que cette sonorité Céleste
Prénom d'usage: Offerte à la reine comme à l'impératrice, diaphane beauté relevée par la diffraction, elle est l'ondine Opale des fontaines fortunées Généalogie: Fille d'Anatole de Béziade et de Clémence de Béziade née de Gennes, faible se montre le sexe quand la patriarchie exige la masculinité portée par l'aîné de la seconde branche, Almandin, la dépouillant des droits à héritage du duché d'Avaray. Tombent les paupières, deux guillotines. Origines: Fierté Française Age: Bientôt vingt-deux années à se conformer aux critères et credo parentaux Statut: L’hyménée avec un noble de sang pur reste à conclure pour l'honneur car la préciosité ne se trouve pas logée dans les pierres des prénoms mais dans leur pourpre parade de pouvoir et pureté. Dans cette quête, le Rocher de Monaco s'érige en caillou convoité. Etudes/Profession: parcours scolaire à choix du joueur/de la joueuse


Personnalité: Poupée perfectionniste : ambitions d'absolu, le "mieux" en maxime, détermination destructrice, préceller Perle par ego ou simplement par principe
Affabilité affichée : charme et courtoisie sont toujours de circonstance en public, le reste se règle en privé, les témoins ternissent l'idole, l'image
Délibérément dépensière : écus éphémères défenestrés, privée de prospérité future, tant que la vie de son paternel perdure, elle peut encore appauvrir les avoirs qui seront (r)amassés par Almandin
Jalouse joueuse : "Ce qui ne m'a pas été donné de droit peut encore le devenir" pour coriace conviction
Téméraire tenace : il n'y a pas de récompense sans prise de risque
Linéaire loyauté : dévotion de la descendance, s'oublier pour les siens seulement, devenir la figure féminine façonnée de la frustration familiale
Sociabilité substantielle : s'entourer c'est exister, douce dépendance à autrui

Aspirations:

- à moyen-long terme : ruiner les fiançailles, à défaut, le mariage entre Perle et Léonardo, mieux, prendre sa place
- de manière générale : obtenir de meilleures notes que sa cousine dans les branches partagées et avoir un maximum de personnes autour d'elle
- cette année : faire une candidature pour un poste de déléguée de Saison ou de présidence à un club à choix et être prise de sorte à prouver qu'elle aussi excelle (Perle étant à la tête de la troupe de théâtre)

Histoire et points clés du personnage:
Les informations relatives au portrait familial, qu'il s'agisse de l'entente générale entre les membres, ses origines ou encore des convictions des Béziade sur le retour à la royauté sorcière, le sang et les djinns, peuvent être retrouvées grâce à ce portoloin  Love

Soupçons de stérilité. Longtemps le couple d'Anatole et Clémence s'est cru infertile, des difficultés à procréer puis à produire un héritier mâle en vain n'ont fait que morceler leur mariage, entier et épanoui de l'extérieur seulement.

Compétitivité et comparaison se fréquentent et se font la cour chez les Béziade. Le délire parental poussant la progéniture, la voulant "prodige" jusqu'à les enseigner ensemble avant leur entrée à l'Académie des mêmes précepteurs afin de les évaluer. L'une contre l'autre, reliées en termes de "X est meilleure que Y en...", "plus que", "moins que", qu'importe le domaine, l'adjectif ou l'activité examinée pour seule variation entre Opale et Perle. Les récentes fiançailles de cette dernière à Léonardo Grimaldi les ont portées à leur extrême. Étiolant les espoirs du patriarche de marier sa fille à un prince et écrasant les émotions de celle-ci.

Ignorance et indices, Opale possède plusieurs relations listées plus bas qui seront à considérer à la lumière des éléments suivants :
- Perle, éternelle comédienne, cache à son entourage et à l'établissement son refus et rejet de se marier à son meilleur ami, de même que son amour pour Lambert. Il est alors fort probable que cette dernière cherche à utiliser les actions d'Opale visant à briser cette union à son/leur avantage. Hihi
- Les indécisions et le questionnement identitaire de son cousin, Almandin, ne sont pas ouvertement connus. Opale ne possède alors à priori aucune information pour le faire chanter. Néanmoins, Anatole ne se décourage en rien de trouver une éventuelle faille chez celui-ci en lui mettant une pression constante lorsqu'ils sont au château familial, espérant le pousser à la faute, d'une manière ou d'une autre.
- Opale soupçonne une affaire entre sa cousine et Basile en raison de leur proximité plus que parlante au théâtre mais il ne lui viendrait pas à l'idée de suspecter Lambert trop pondéré et réservé pour être vraiment remarqué
- Ayant des sentiments pour Léonardo, Opale est particulièrement attentive à ses rapprochements avec d'autres filles

La solitude s'avère particulièrement insupportable pour la sorcière, un écho désagréable de l'enfance sans fratrie ni fraternité possible avec les cousins. L’éducation ayant cherché à éradiquer amitié comme affection au sein de la descendance. Depuis, à Beauxbâtons, la compagnie constante d'autres élèves est devenue une quête quotidienne, un besoin.


B. Perle de Béziade

► Cousine à faire chuter


Elles auraient pu être amies... Les meilleures peut-être même mais la famille les "unit" déjà. Filiation fragile. Confrontées dès le plus jeune âge, l'appréciation et attention parentales découlaient de l'évaluation d'une cousine contre l'autre : maintien, manières, matières, port de tête ou de la dernière robe de Lys de Satin. L'individualisation ne servant qu'à la distinction. Inimitiés instaurées à leurs dépends. Reproduction atavique de l'aversion initiale entre les deux branches. Toute tentative de proximité était punie, ce qui n'a pour autant guère empêché des fou-rires communs ni un commencement de complicité. Si la course à la progéniture la plus digne de représenter le duché d'Avaray est longtemps demeurée bon enfant, l'été 1970 passé sur le Rocher a pourtant jeté du sel sur la plaie. Une alliance princière a été arrangée entre Perle et Léonardo, symbole de supériorité de la seconde lignée sur la première. Les vagues monégasques emportant les espérances d'Anatole d'offrir la main de sa magnifique aux Grimaldi. Grimaces grinçantes.









S. Almandin de Béziade

► Cousin - Héritier


Lorsque l'Avare rencontre la Dilapidatrice, la situation devient le théâtre d'une comédie qui n'arrache que des gloussements féminins. N'ayant qu'une dot, certes conséquente, à emporter dans une alliance qui reste à nouer, l'Avaraysienne s’octroie le luxe d'avoir la main légère sur ses dépenses tant que son paternel reste le patriarche. Se jouant de la personnalité quelque peu pingre de son cousin, Opale s'arrange à déranger, lui faisant l'étalage de ses onéreux excès. Le superficialité s'exhibant une manière d'être et d'exister. Une fortune pour famille. La belle enfant est capricieuse par calcul. Exorbitantes sont les sommes d'écus qu'elle exige et écorne. Flambeuse jusqu'à brûler les chiffons pour en commander d'autres. Le montant sur les muqueuses, moqueuse, bien décidée à faire payer Almandin, en espèces, d'être le duc-héritier, la flavescente folâtre avec les finances avec la conviction que si elle ne peut le destituer, il lui est toujours possible de dérober à celui-ci certains de ses avoirs futurs, ce qu'elle se plaît à lui rappeler.









T. Lambert de Clermont

► Abus de gentillesse


Prudence et méfiance ont toujours orienté les opinions de la famille de Clermont-Tonnerre concernant les de Béziade qu'ils côtoient plus par convenance que par conviction. Pour autant, ces prédispositions à la précaution et les préjugés sur le duché d'Avaray ont été conservés chez l'héritier derrière une sympathie déroutante et une liberté de penser convenant que peu à son rang. Connaissances depuis leurs enfances respectives, à se retrouver à chaque fête et mondanité, Opale et Lambert ont une bonne entente que la jeune femme s'est plu d'entretenir au fil des années et, disons-le franchement, d'exploiter, ayant tôt fait de remarquer l'appréciation, au départ amicale, de Perle pour ce dernier, y voyant un moyen d'agacement plutôt arrangeant. En s'appuyant sur la charitable bienveillance et le souci de contribuer au bien-être des autres de Lambert, Opale sait comment s'attirer son attention, s'accaparer son temps pour ne pas être seule et sa gentillesse dont elle abuse sans grands remords, se moquant des foudres que semble lui jeter sa cousine de ne plus être le nombril du monde, du moins le présume-t-elle, bien loin de se douter de l'orage grondant sous les nimbus ombrageant l'horizon.









R. Léonardo Grimaldi

► Objet de convoitise


Deux possibilités s'offrent pour ce lien selon l'envie du joueur/de la joueuse, il est également possible d'en discuter avec le concerné :

- Opale et Léonardo ont eu une histoire d'un soir, là où elle s'imaginait le départ illusoire quasi naïf d'un conte de fée de devenir la future princesse de Monaco, il n'y aurait eu que coucherie et indifférence le lendemain

ou

- Opale aurait placé Léonardo sur un piédestal, l'idéalisant au point de ne jamais réellement réussir à l'approcher, ni véritablement l'aborder malgré les nombreuses soirées de la jeunesse dorée. La présence constante de Perle à ses côtés n'ayant en rien aidé à cette entreprise.

A présent fiancé à sa cousine, plus que jamais, l'Avaraysienne cherche à le (re)conquérir. Pour le prestige familial ou le palpitant.









A. Cassiopeia Nyström

► L'encombrante ex à écarter


Pour Opale, la Suédoise n'est qu'un obscure obstacle. Tache d'un tableau d'avenir que le passif séducteur de Léonardo pouvait difficilement laisser sans ombres, une rature roturière dans le paysage sentimental du Monégasque qu'il est pourtant malaisé de gratter, trop incrustée, trop présente malgré la rupture qui aurait dû l'essuyer de la toile ou au moins l'estomper mais la blondeur scandinave reste vivace. Se prémunissant en faisant usage du prétexte des fiançailles entre le Grimaldi et Perle, Opale prévoit de prendre la Fons à part afin de lui rappeler sa place mais elle risque fort de se heurter à une incompréhension flagrante et quelques suspicions tout aussi tenaces qui mettront en lumière sa jaune jalousie.  









A. Basile de Villeneuve

► Jeu du chat et de la souris


L'Alchimie. Non celle de Flamel à la recherche de la vie éternelle ou du toucher d'or de Midas mais celle entre Basile et Perle, une entente étrange, un accord suspicieux de baisers trop brûlants pour n'être que feints devant la foule de spectateurs et de pupilles qui dissimulent davantage. Il ne fallait pas plus afin d'obtenir une piste toute indiquée vers la déchéance et le discrédit de sa cousine. S'accoquiner avec les fauteurs de trouble, les fêtards, les dépravés de de Villeneuve contrarierait assurément, au moins un peu, l'intacte réputation de la seconde branche des de Béziade. Pour explorer cette éventuelle liaison, Opale est prête à tout, quitte à se faire prendre à son propre jeu, afin d'obtenir la précieuse confession de Basile, qui, loin de lui révéler la nature de la relation avec la jeune femme, se joue d'elle. Séduisant secret. Jusqu'où est-elle capable d'aller ?










Un mot de l'auteur:



Tout d'abord un grand et gros merci à toi de t'être arrêté(e) sur ce scénario qui a, comme tu as pu le constater, une place de choix dans la vie de mon personnage.  squiz Si tu as des questions ou envies après les quelques dernières informations qui vont suivre, n'hésite pas à te manifester, on en discute avec grand plaisir !

J'aime apprendre à connaître mes partenaires de RPs, à parler avec eux des écrits tout comme de tout autre chose donc tu n'y échapperas pas, te voilà prévenu(e)
Hihi Chou

◊ CÉLÉBRITÉ: J’adore Emma mais si tu la trouves affreuse Sem  il est toujours possible de me suggérer d'autres têtes comme Carlson Young Brille (si tu la choisis je te ferai des avatars Hihi ), je tiens néanmoins à ce qu'elle soit blonde ou châtain clair afin de respecter l’air de ressemblance entre les Béziade.

◊ PRÉNOM ET NOM: Le nom de famille n'est pas négociable en raison de la parenté. mdr A dire vrai, j'aime les prénoms originaux et la cohérence. Opale est un prénom de pierre dans la même lignée que celui de Perle. J’ai également pensé aux gemmes : Jaspe, Jade ou Agate mais il est possible d'en choisir des plus exotiques comme : Septaria, Mellite, Obsidienne, Amétrine. Quant à Céleste, ce "cadeau du ciel", l’appellation cachée de naissance, je le trouve particulièrement symbolique si l’on se réfère au problème que ses parents ont eu à pouvoir avoir un enfant. potté

◊ AGE: Pour accentuer la rivalité mais également la similitude entre les deux jeunes femmes, un trop grand écart ne serait pas souhaitable. Le top du top pour le jeu resterait le fait de leur donner le même âge, voire même de les faire naître le même mois, soyons fous Huhu

◊ SCOLARITÉ: Tu es tout à fait libre de choisir son cursus. Cependant, de sorte à se démarquer de sa cousine, il serait plus intéressant de placer Opale dans un parcours différent de celui de Perle. Ou alors, on joue la carte de la comparaison jusqu'au bout  Hihi

◊ PERSONNALITÉ: Il ne s'agit pas d'offrir un caractère déjà tout prêt à l'emploi, ce qui m'importe est que tu puisses faire d’Opale ton propre personnage en t'imprégnant des informations ainsi que du portrait que j'ai esquissé d'elle, qui reste volontairement exhaustif. Ce qui est mentionné est toutefois à prendre en considération.

◊ HISTOIRE: Plutôt libre tant que les informations de base sont inclues et que le personnage est pro-monarchie et respecte la fiche de la famille de Béziade

◊ LIENS: Il faut savoir qu'en plus des liens présents, d'autres risqueront de se greffer à la liste étant reliés aux différents personnages mentionnés, tu seras de ce fait bien entouré(e) dès le départ de l'aventure. Evidemment, il ne sera pas possible de se débarrasser de l'un d'entre eux mdr Je préfère discuter de l’évolution de la relation avec chaque joueur. On parlera donc au fur et à mesure de la tournure des événements Chou

◊ PRÉSENCE : Je ne demande pas de rythme particulier de post tant que celui-ci respecte l'exigence du forum (1 RP par mois), ayant personnellement tendance à privilégier la qualité à la quantité. L'idéal serait une personne qui désire s'investir sur DJ et participe afin de pouvoir faire avancer l'histoire et la progression du forum mais aussi celle de nos personnages, ce qui me semble tout de même le but de cette petite aventure magique. Heart

◊ UN DERNIER MOT AVANT DE CRAQUER ? Allez viens, on te laissera acheter des talons plus hauts avec l'argent de famille (photo entre cousines) mdr  Ne lutte plus  Heh , laisse-toi tenter  Yes  parce que je suis certaine que tu es capable de m’en faire un personnage de fou, jolie plume Heart
Djinn Jinxed
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Beauxbâtons
Admin
Beauxbâtons
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://fo-baguettecamembert.forumgratuit.ch
Identité magique
Messages : 138
Date d'inscription : 14/04/2015
- On frenchkiss des charmants -
MessageSujet: Re: (F) Dianna Agron - Cousine, rivalités   Sam 1 Avr - 22:22

Savor the taste of fabricated wealth
Drinking champagne, meant for a wedding. Toast to the bride, a fairytale ending. Drinking champagne, a bottle to myself. Savor the taste of fabricated wealth.  Drinking champagne made of an angel's tears and pain, but I feel celestial
L'heure tardive avait déjà jeté son encre sur l'empyrée, épaisse et ébène, cherchant à l'amarrer à la nuit quand la soirée ne constituait qu'un long cordage de minutes que l'individu se plaisait inéluctablement à tisser par ennui. Fermement accroché, quasi incrusté à la rive de la timidité,  son cousin, Augy, le bernard l'hermite, à présent, lui aussi, soumis à la houle d'une hyménée, Perle s'était promise de l'extirper de sa coquille. Toute occasion était bonne pour lui faire prendre le large. Non pour satisfaire aux exigences sablonneuses de son oncle, puisqu'elle-même risquait à ce propos de s'échouer contre un Rocher - ou sur la première méridienne azurée de Messidor en revenant - mais pour éviter une fin fatale au cadet, celle de terminer en tartare auprès de Tysha de Vienne. Si cette dernière n'avait rien d'un trésor, le de Lannoy ne tenait pas plus du pirate. Mais que cela ne tienne ! Il n'y avait que les planches qui coinçaient avec la présidente du club de théâtre. Celles de la scène. Ou grinçaient. Rien d'obscène. Un gloussement grivois frisait la frivolité, les sourcils froissés, l'esprit ayant fait son ricochet, ses contours finalement adoucis par le frôlement flatteur du vent vespéral. Le faciès que les bulles savaient avec aisance rendre béat devenait une facétie contre le fatum. Bien loin d'avoir écumé, en sa compagnie ou de sa contrainte, tous les bars, l'étudiante en arts et lettres l'avait ramené, plus tôt, à bon port à la résidence des Autumnus, et ce, avant qu'il ne vienne à celui-ci l'urgence de mettre de lui-même les voiles devant l'or des boissons - qu'elle terminait pour lui - et l'accostage des femmes qui conféraient à son juvénile visage parmi ses rousseurs des rougeurs de coups de soleil. Il lui semblait encore entendre le Grand Canal, à moins qu'elle n'atteignait bientôt la Fontaine du Savoir. D'un geste, étrangement leste, le bras, délesté de son sac à main oublié à la soirée que l'alcool avait escamoté à son attention, chassa physiquement la mémoire estivale méditerranéenne. Il n'y avait pas que sous le pont d'Avy Nyon que de l'eau avait coulé entre-temps. Délaissant l'appel aqueux, réajustant le déplacement de la tenue ainsi que le cap sur l'Abracadabar, en tout cas, chaloupant, sa démarche la dirigeait-elle plus ou moins dans cette direction afin de pouvoir récupérer ses effets personnels.

Certains argueraient que les descendants du duché d'Avaray ne se servaient curieusement pas assez des services des entités sous leur emprise, tandis que d'aucuns se fourvoyaient davantage à y voir une mansuétude toute imaginaire à l'égard de la condition des démons. Evidemment aurait-elle pu envoyer Phéme se charger de ses affaires égarées de sorte à s'épargner devoir retourner au village mais les palabres de perroquet suivant toute invocation lui faisaient toujours regretter les lippes percluses pour leur préférer l'obscurité toute aussi opaque que le point de vue de son djinn à son sujet. Qu'est-ce que le monde tanguait dans cette robe corail contre ses côtes. La cape à l'intérieur de velours ras abaissée sur ses épaules à l'instar d'un foc dont elle serait le mât sans toutefois se tenir très... droite. Le clopinement des talons, se voulant pourtant assurés, sans pouvoir en assumer l'aisance, rappelait les sollicitations sonores des vieux loups de mers estropiés jamais navrés de leur instabilité sur les navires. Bien qu'immergé dans le paraître, l'être ne se laissait guère noyer. Orientée à bâbord, elle s'écarta sans le souhaiter de la trajectoire du trottoir, ratant la marche avec la majesté d'un mollusque. « Arrrrrhhh ! », la plainte se rapprochait de la prononciation d'un flibustier fulminant face à un naufrage, le "r" roulé comme un tonneau que son équilibre se serait presque plu d'égaler. Ce n'est qu'après avoir balancé sa position que de la chaussure elle repoussa le renflement de la chaussée, essayant d'écarter - vainement - le coupable du pied, imitant là un capitaine condamnant un prisonnier à la planche dont il entraînerait la chute. Sauf qu'évidemment, la corsaire se trouvait du mauvais côté de celle-ci. Tout aussi faussée était la vue et les sens lorsque son menton retrouva l'horizon, une mèche barrant son front pour seul cache-œil puisque la déraison lui dévoilait sous l'allure au loin une vague sensation de piquer un fard inhabituel, de s'être probablement involontairement ridiculisée devant ce qui ne pouvait être le seul homme auquel elle n'était en mesure attribuer d'étiquette autre que celle d'une bienséance trop respectée alors que se donner en spectacle même le plus risible lorsqu'il était joué ne la hâlait d'aucune honte. Peut-être n'était-ce que le champagne.

Traversant la venelle en suivant le phare orangé, à peine une lueur sur le littoral, de la cigarette entre ses phalanges, la pudeur prude, parfois feinte, souvent éprouvée par les plus convenables ou noblement niaises d'entre les comtesses était restée stockée en cale. Probablement aurait-elle dû également y laisser le remontant de l'équipage ou emporter une plus grande cargaison d'obligeances. Un abordage. « Bien le bonsoir Monsieur le duc-héritier de Nevers », n'ignorant guère l'exception faite avec l'association du titre de civilité au seul titre de duc à contrario de celui de comte ou de marquis, elle ne décuvait pas encore complètement des convenances. Ses salutations, quasi-salamalec, s'accompagnaient d'une courbette, référence à la révérence redevenant en vogue à la nouvelle Cour sorcière, une vieillerie pourtant, disposition dépassée ayant depuis toujours eu cours au sein de la bâtisse qui lui servait de demeure. Les paroles pour peccavi sous le spiritueux. Rien de spirituel. « Vous avez là exactement ce dont j'aurais besoin et qui me comblerait d'un bonheur certain mais il serait tout à fait inconvenant de ma part d'en faire la demande. Toutefois il semblerait que puisque je me suis hasardée à vous dévoiler une partie de mon propos, je me dois à présent de le compléter, sous-peine de nous frustrer tous deux », lui avoua-t-elle sans couteau sous le cou. Réussissant pour un instant à ne pas le toucher car il y avait quelque chose de complaisant de s'évader sur une politesse toute pompeuse en étant pompette. Surtout lorsque les phrases filaient, l'intonation aussi irrévérencieuse à leurs conditions respectives que le propos. Juste un sous-entendu. Une manière comme une autre de lancer un filet. Très loin de pouvoir lui mettre le grappin dessus, la de Béziade débarquait en terre inconnue mais se mouillerait-il à voir d'autres s'y jeter, quand bien même cela exigerait de larguer les amarres ? En contradiction complète avec le comportement précédent quoiqu'en accord avec l'assurance, l'Avaraysienne le débarrassa du bâtonnet de nicotine afin de le porter à ses propres commissures, ce filtre manquant à ses lèvres, le maquillant d'un rouge mettant le feu aux poudres.
©Pando
Revenir en haut Aller en bas
 

(F) Dianna Agron - Cousine, rivalités

- Marchons, marchons ! Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rumeur : pour SUPERMAN
» [2009] Glee
» Top des plus belles femmes
» Ambre E. Denver ~ La créatrice au visage d'ange ~ Terminé ~ Dianna Agron
» Do you want to build a snowman ? ANNA ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fo Baguette et Camembert ::  :: Le Beau Monde :: Les Scénarios-